Mardi 19 Avril 2016
VOLAILLE & GRIPPE AVIAIRE
Influenza aviaire : comment prévenir et détecter ?

Je protège mon élevage en appliquant les règles de

biosécurité et les guides/chartes de bonnes pratiques

Je réduis les risques d'entrée du virus de

l'influenza aviaire par

les véhicules et par

les personnes

Mon élevage est

délimité.

Je limite les entrées

des véhicules et des

personnes au strict

nécessaire.

J'utilise un sas sanitaire

pour changer de

chaussures, de tenue

et me laver

soigneusement les

mains.

Je réduis les risques

d'entrée du virus de

l'influenza aviaire par

les animaux

Je réduis les risques

de diffusion du virus

de l'influenza aviaire

entre mes volailles

Je sépare mes volailles

des autres animaux

domestiques.

Je ne mélange pas

palmipèdes et autres

volailles.

J'ai une zone de

stationnement

extérieure à l'élevage.

Le camion

d'équarrissage

stationne à l'extérieur

de mon élevage.

Je prends des mesures pour éviter les contacts

entre mes volailles et les animaux sauvages

(oiseaux, rongeurs...).

Entre chaque bande :

- je nettoie/désinfecte

les locaux et les

équipements ;

- je mets en place un

vide sanitaire.

Je fonctionne en bande

unique par unité de

production.

J'élimine les risques

de diffusion du virus

de l'influenza aviaire

J'évacue quotidiennement les

cadavres et je les stocke de manière

à éviter les contaminations.

Le bac d'équarrissage est fermé et

déposé en limite de mon élevage.

J'évacue les lisiers et fumiers et je

les stocke de manière à éviter tout

contact avec mes volailles.

Sauf assainissement préalable,

j'épands les lisiers/fumiers par

enfouissement

Je protège la filière en signalant au plus tôt toute anomalie à

mon vétérinaire

Mes oiseaux meurent 3 fois plus qu'en temps normal, mangent et boivent peu,

ou ont une chute de ponte. Certains sont prostrés, leur tête est gonflée et bleue,

des rougeurs sont présentes (tête, abdomen, pattes),

des signes respiratoires ou nerveux apparaissent.

Je signale cela à mon vétérinaire même si très peu d'animaux sont concernés.

Et après ? En 48 heures, la DD(CS)PP m'informera si des suites sont à mettre en œuvre.

La biosécurité et la vigilance sont importantes.

La maîtrise sanitaire de mon élevage et de la filière en

dépend.
Décrets, arrêtés, circulaires

TEXTES GÉNÉRAUX

MINISTÈRE DE L’AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE

Arrêté du 24 février 2006 relatif au recensement des oiseaux détenus par toute personne

physique ou morale en vue de la prévention et de la lutte contre l’influenza aviaire

NOR : AGRG0600376A

Le ministre de l’agriculture et de la pêche,

Vu le code rural, notamment les articles L. 221-1 et L. 223-2 ;

Vu le code général des collectivités territoriales, notamment les articles L. 2122-24, L. 2122-27 et

Vu l’arrêté du 24 octobre 2005 pris pour l’application de l’article L. 221-1 du code rural,

Art. 1er. − Tout détenteur d’oiseaux est tenu d’en faire la déclaration auprès du maire du lieu de détention

des oiseaux en renseignant la fiche figurant à l’annexe 1 du présent arrêté.

Art. 2. − Par dérogation à l’article 1er, les détenteurs dont les oiseaux sont détenus en permanence à

l’intérieur de locaux à usage de domicile ou de bureau ne sont pas tenus de faire cette déclaration.

Art. 3. − Les maires adressent au préfet (direction départementale des services vétérinaires) les fiches

mentionnées à l’article 1er dûment complétées et visées.

Art. 4. − Les maires tiennent à disposition du préfet (direction départementale des services vétérinaires) la

liste des détenteurs d’oiseaux s’étant déclarés sur le territoire de leur commune. Cette liste peut être tenue par

voie informatique et doit être conforme au modèle figurant à l’annexe 2 du présent arrêté.

Art. 5. − La fiche mentionnée à l’article 1er est disponible auprès des mairies ainsi que sur le site du

ministère chargé de l’agriculture (www.agriculture.gouv.fr).

Art. 6. − Le présent arrêté sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 24 février 2006.

Arrête :

DOMINIQUE BUSSEREAU